Vous souffrez de culpabilité: Sortez de votre grotte imaginaire et libérez vous grâce à l’hypnose

IL EST TOUT À FAIT POSSIBLE DE TRAITER LA DOULEUR CHRONIQUE AVEC L’HYPNOSE.

La douleur chronique est un problème complexe qui peut être difficile à traiter. Il est d’ailleurs souvent nécessaire de multiplier les points de vue et les approches pour aider à déterminer les causes d’une douleur et en diminuer les effets.

Une douleur peut avoir plusieurs causes, y compris l’arthrite et la fibromyalgie. Ce type de syndrome ou de maladie nécessite souvent une intervention médicale et un plan de traitement pour la gestion de la douleur, dans lequel la thérapie par l’hypnose apportera une aide précieuse.

■ QU’EST-CE QUE LA DOULEUR CHRONIQUE ?

Il existe deux différents types de douleur – la douleur aigüe et la douleur chronique. La douleur aigüe (appelée aussi la douleur à court terme) est généralement le résultat d’un accident ou d’une maladie temporaire. Dans ce cas, votre médecin pourra établir un diagnostic et proposer des moyens de réduire la douleur (par exemple, par des analgésiques).


En revanche, le traitement de la douleur chronique est souvent plus compliqué et il est important de préciser qu’elle n’est pas reconnue comme une maladie en soi.

Dans le secteur médical, deux visions s’opposent. D’un côté, il y a ceux qui défendent l’idée que la douleur chronique n’est qu’un symptôme, au même titre qu’une douleur aigüe. De l’autre côté, ceux qui considèrent la douleur chronique comme une maladie en raison des changements neurochimiques qui peuvent survenir chez certaines personnes.

■ LA GESTION DE LA DOULEUR

Lorsqu’une personne souffre de douleur chronique, elle est tentée de rester au lit. Seulement dans la plupart des cas, ceci ne fait qu’empirer les choses, car l’inactivité va entrainer une perte du tonus musculaire, un raidissement du corps et très certainement des troubles du sommeil.

SI vous êtes en capacité de le faire, essayez de rester aussi mobile que possible, car l’exercice peut naturellement avoir un effet de soulagement de la douleur.


Assurez-vous de consulter votre médecin pour savoir quels exercices vous pouvez e faire en toute sécurité. Chercher un exercice ou une pratique qui ne va pas mettre trop de pression sur votre corps, par exemple :

  • La marche à pied
  • Le yoga
  • La natation

Parfois, il suffit de se lever et d’être actif. Écoutez votre corps et ne vous fatiguez pas.


De nombreuses personnes souffrant de maladies chroniques nécessitent une certaine forme de thérapie physique. Elle sera réalisée par des professionnels de santé dans le cadre de votre plan de traitement. La thérapie physique implique généralement des exercices d’étirement, de manipulation et d’autres exercices de soulagement de la douleur.


Les médicaments et les analgésiques peuvent également faire partie de votre plan de gestion de la douleur chronique. Les antidouleurs délivrés par votre médecin peuvent être efficaces, mais il est important de les utiliser en toute sécurité, car ils peuvent avoir des effets secondaires.

Un autre aspect important de la gestion de la douleur consiste à examiner le lien entre le corps et l’esprit.

■ L’HYPNOTHÉRAPIE POUR LA DOULEUR

Les thérapies qui traitent le lien corps-esprit sont souvent recommandées pour tous ceux qui souffrent de douleurs sur le long terme. Le stress et l’anxiété sont des effets secondaires courants de la douleur et peuvent même empirer la situation.

La façon dont l’esprit répond à la douleur est également liée à la perception des sensations physiques. Par conséquent, réduire le stress peut faire une énorme différence dans la perception de la douleur, et c’est pour cette raison que de plus en plus de patients font le choix d’une thérapie par l’hypnose. Car plutôt que de vous convaincre qu’il n’y a pas de douleur, l’hypnose aura pour but de gérer toute la peur et l’anxiété que vous pourriez avoir concernant votre douleur. Il contribue également à réduire le stress et détendre le système nerveux pour l’aider à devenir moins réactif à la douleur.


L’hypnose pour la douleur réoriente également votre esprit loin de la douleur et sur quelque chose de plus agréable. Par exemple, de nombreux hypnothérapeutes vont vous demander d’imaginer que vous êtes dans un lieu dont les souvenirs vous sont agréables, comme une plage. En utilisant des techniques de visualisation, vous serez invité à décrire l’endroit plus en détail : les sensations du vent et la chaleur du soleil sur votre visage, la sensation du sable entre vos orteils. L’intérêt, c’est que votre esprit ne peut faire qu’une seule chose à la fois, or, s’il est concentré sur la visualisation de votre souvenir, il oubliera la douleur.

Le nombre de séances dont vous aurez besoin dépendra de votre situation personnelle, cependant, il faudra compter autour de 10 séances maximum. Certains hypnothérapeutes proposent des enregistrements que vous pouvez écouter chez vous ou alors, demandez-lui de vous apprendre certaines techniques d’auto hypnose.

La nature de l’hypnose signifie qu’elle ne fonctionnera pas pour tout le monde de la même manière. Cependant, c’est une thérapie naturelle, sans effets secondaires, qu’il vaut la peine d’essayer.

■ LA RELAXATION POUR SOULAGER LA DOULEUR

Quand nous ressentons de la douleur, notre corps est généralement tendu. Cela ne fait qu’aggraver la sensation, en perpétuant le cycle du stress, de la tension, de la peur et donc, de la douleur. Les techniques de relaxation acquises lors d’une séance d’hypnose peuvent aider à atténuer ce processus. Lorsque nous sommes détendus mentalement, nos corps suivent.


Les nuits peuvent également être des moments très difficiles pour ceux qui souffrent. Là encore, l’hypnose est une application toute désignée et un outil précieux. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article : traiter les troubles nocturnes avec l’hypnose.

Si vous souffrez de douleurs, il est très important de réaliser que vous n’êtes pas seul. Vous pouvez consulter votre médecin, et recourir à d’autres thérapies comme l’hypnose pour vous aider à gérer les symptômes et changer la façon dont vous faites face à la douleur. Bien souvent, la solution réside dans une approche combinée de plusieurs thérapies. Assurez-vous d’informer votre médecin des choix que vous ferez.

L’avantage d’une thérapie avec l’hypnose, c’est qu’elle s’adapte à tout le monde, rien n’est imposé et chacun avance à son propre rythme. Vous n’aurez aucun effort à faire sinon celui de vous détendre et de vous laisser guider. Prenez un maximum d’informations sur votre thérapeute afin de vous sentir en confiance pour vous aider à franchir le pas.

La durée du travail en hypnose pour soulager les douleurs chroniques variera d’un patient à l’autre, mais quelques séances suffiront. Si vous avez des questions à ce sujet ou si vous souhaitez prendre rendez-vous, n’hésitez pas à me contacter au 0684649935 ou par mail imc5@free.fr

I CAN DO IT!

Seul devant un miroir, entamez le dialogue avec vous-même en prononçant à haute voix et dans l’ordre les mots qui suivent.

  • Désolé

Racontez ce qui a provoqué vos regrets, vos remords, votre honte, votre culpabilité, sans rien omettre. Ressentez ici et maintenant ses effets. Acceptez vos sentiments sans restriction, puis dites (lorsque vous êtes prêt) : « Désolé. »

 • Pardon

Dans ce même état d’esprit de sincérité, repensez aux torts que vous avez causés ou que vous vous êtes causés, que vous n’avez pu ou voulu empêcher. Puis, quand vous serez prêt, dites : « Pardon. »

 • Merci

Pensez ensuite aux enseignements, même infimes, que vous avez pu tirer de cette expérience. Puis dites : « Merci. »

 • Je t’aime

Il est difficile de s’accepter avec ses faiblesses et ses limites, ses fautes et ses manquements. Pourtant, nous méritons d’être bienveillant et ami avec nous-même, cela nous permettra d’être plus fort, plus lucide mais aussi plus bienveillant avec les autres. Regardez-vous dans le miroir, prenez le temps qu’il faut. Puis dites : « Je t’aime. »

Le deuxième accord toltèque : N’en faites pas une affaire personnelle

Après une expérience de mort imminente, don Miguel Ruiz décide d’aller puiser dans la tradition toltèque des outils de sagesse pour mener une vie juste et généreuse avec lui-même et avec les autres. Initié par un chaman, il élabore les célèbres « quatre accords toltèques » : avoir une parole impeccable, ne pas en faire une affaire personnelle, ne pas faire de suppositions et faire toujours de son mieux. « Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui », rappelle-t-il à tous ceux qui voient leur confiance en eux s’écrouler face aux critiques ou aux accusations.

L’objectif : appliquer le deuxième accord toltèque (n’en faites pas une affaire personnelle) permet de protéger sa confiance en soi.

Le mode d’emploi : prenez du recul et laissez à l’autre ce qui lui appartient. Sa colère, sa mauvaise foi, sa déception. Identifiez les accusations non recevables telles que : « C’est toi qui me mets dans cet état… », « C’est à cause de toi si j’ai échoué… », « Tu me fais dire ou faire n’importe quoi… », « Je n’aurais pas dû t’écouter », etc. Ces projections visent à vous culpabiliser, à vous faire douter de vous et à vous « voler » votre puissance personnelle. Ne les commentez pas, retirez-vous si possible de la discussion. Si vous en avez le désir et que la personne est prête à entendre, vous pouvez lui dire : « Cela t’appartient, je n’ai pas le pouvoir sur toi. »

L’hypnose est efficace en cas de surpoids. Il allège le poids émotionnel . C’est souvent notre passé qui est responsable de nos comportements alimentaires: une séparation, un stress, une colère

Nous mangeons pour répondre à des besoins physiologiques, nous mangeons pour le plaisir, nous mangeons aussi pour tenter de résoudre des problèmes psychologiques. Digérons nos problèmes psychologiques (dits et gérés) afin de faire plus de place au plaisir dans des relations nourricières (dits-gérées).


Parce qu’ils sont partis trop tôt, trop brutalement ou parce que l’on aurait aimé les connaître davantage, certains mots n’ont pas été prononcés, certaines situations sont restés inachevés et certaines émotions sont bloquées par le poids du deuil.
 
A travers l’hypnose j’accompagne mes patients pour apaiser les liens avec leurs défunts.
Parfois une mort peut en cacher une autre (histoire de la fille qui a remplacé son frère dont la mort est restée tabou). La mort peut devenir une renaissance et changer la vie, se rendre compte de ce qu’il compte dans la vie, quelles sont les priorités.
 
Pour vivre son deuil avec plus de légèreté, se soulager des angoisses, retrouver le sommeil, sortir de ce « état dépressif » pour accélérer le processus naturel du deuil,  pour laisser les morts en paix, pour en finir avec ses bulles douloureuses de souvenirs qui remontent à la surface et clore une situation inachevée.
 
Le processus de deuil se déroule par étapes. Cependant, le deuil n’est pas un processus linéaire. De nombreux endeuillés ne traversent pas les étapes que je vais vous décrire et encore moins dans l’ordre cité. De plus, il est fréquent qu’ils passent d’une étape à l’autre et qu’ils reviennent en arrière, et ceci à plusieurs reprises. On peut comparer le deuil à la marée montante : la progression peut être lente ou rapide et elle est faite d’avancées et de reculs successifs. Par ailleurs, le temps nécessaire pour franchir chacune de ces phases varie considérablement d’une personne à l’autre. Comme l’empreinte digitale, le travail de deuil comporte des caractéristiques universelles mais est il est unique à chacun.
L’hypnose peut intervenir à chaque étape  :  Choc-  déni- colère- peur- tristesse – résignation
Il y a alors une déstructuration, un marchandage intérieur, ensuite une acceptation, savoir pardonner, se pardonner (car souvent on se sens coupable à la suite d’un deuil).
Puis la reconstruction, s’adapter, se projeter…
L’hypnose a pour but de vous aider à trouver des ressources internes et externes afin de cicatriser au mieux ces blessures.
La première phase, celle de l’impact, la sidération débute à l’annonce du décès. Elle dure habituellement de quelques heures à quelques jours. Lorsque le décès est inattendu, son annonce crée un choc. Ce choc est généralement important quand la mort est violente comme c’est le cas quand elle intervient suite à un suicide ou à un attentat. C’est le cas également lorsque la mort est prématurée, par exemple dans le cas du décès d’un enfant ou d’un jeune.
 
Dans cette première étape, certains s’effondrent en pleurs alors que d’autres surprennent par leur calme. Ils sont comme anesthésiés émotionnellement. Il est fréquent que les endeuillés alternent des états d’abattement avec des moments d’agitation anxieuse et d’activité frénétique.
 
Après le choc vient la phase de recherche ou de fuite qui dure habituellement de quelques semaines à quelques mois. Peu à peu, les endeuillés commencent à mesurer le vide laissé par la  disparition de l’être aimé. Son décès devient tangible, il cesse d’être une réalité abstraite. Durant cette période, les pensées de l’endeuillé sont dirigées vers le défunt. Il se remémore les moments partagés en sa compagnie, il repense à sa voix, à son odeur, à ses attitudes, à ses mimiques ; il se surprend à attendre un coup de téléphone de sa part ; il croit reconnaître sa silhouette dans la rue, etc. A l’opposé de cette recherche, certaines personnes s’étourdissent dans une activité frénétique pour ne pas penser ni éprouver le vide laissé par la perte. Dans le cas du décès d’un enfant, il existe un risque de « momification » : les parents conservent les effets personnels de leur enfant et maintiennent sa chambre intacte comme s’il allait revenir.